750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 23:09

Les choix de la mère

 

Elle ne s’était jamais sentie aussi heureuse de vivre ce jour-là. En effet, ce jour-là était un jour spécial, le jour de la « distribution ». Elle avait entendu parler de ces crayons appelés « crayolor » et ce jour-là, c’était le jour de la croix rouge. Il faudrait se montrer encore plus sage et être à l’écoute de son nom quand la maîtresse crierait le nom de l’élève et poserait sur son bureau l’objet convoité. Cette année, elle espérait bien obtenir ces fameux crayons dont tous parlaient, ceux-là même qui venaient tout droit d’Amérique ceux avec lesquels elle pourrait dessiner, surement mieux qu’avec de simples crayons bon marcher mais surtout, ils venaient d’un pays qui faisait rêver.

 

Aucun extra ne venait jamais agrémenter l’ordinaire pour la petite Marie. Sa mère gérait le budget familial avec grand soin et dans le souci de la plus grande économie. Tandis que les autres élèves arboraient toujours de nouveaux habits, de nouveaux jouets, de nouveaux gadgets elle devait se contenter du strict nécessaire et des affaires ayant d’abord appartenu à ses frères. De même, le chocolat rarement distribué ne l’était qu’avec grande parcimonie et même les jouets apportés par le Papa Noël du travail de son papa étaient redistribués à ses cousines ce qui évitait des frais supplémentaires à l’occasion des fêtes. C’est pourquoi, ce jour-là, elle avait fondé tous ses espoirs dans cette distribution annuelle de la Croix Rouge américaine. Il n’y avait qu’une seule possibilité pour elle….les crayolor !

 

La maitresse tira au sort les précieux cadeaux et commença à donner des noms. Marie était toute ouïe, sure d’être récompensée par l’objet qui représentait à ses yeux un véritable joyau que jamais ses parents ne lui auraient acheté (d’ailleurs, certaine d’une réponse négative, elle n’en avait jamais ouvertement émis le souhait).

« Colette…une boite de crayolor ! », «  Patricia…le petit baigneur ! », « Gilda…la boîte de crayolor ! » ….

Marie était assise au premier rang et la maitresse avait commencé en suivant la liste alphabétique.

 

Soudain, son nom raisonne et elle entend son cœur battre de plus en plus fort pendant quelques secondes …. « Marie…un tube de dentifrice ! » …….

 

Marie s’effondre, Marie éclate en sanglots, Marie crie… en voyant le tube de dentifrice inconnu qui ne portait pas la marque habituellement achetée par sa mère.

Peu importe le fait qu’elle n’ait pu avoir les crayolors tant convoités mais, fait plus grave, c’est qu’on lui a donné du dentifrice qui ne sera surement pas apprécié à son retour chez elle et elle entendra encore sa mère en faire des gorges chaudes et déverser toute sa rancœur sur Marie et ses frères. C’était de toutes façons, « du mauvais dentifrice » ! Car « il n’y a qu’un seul dentifrice de vraiment idéal, le dentifrice « Solutricine » !.

Sa mère le disait sans cesse « il n’y a que ce dentifrice qui soit bon et aussi les savonnettes « Camay rose » ! Alors pensez, elle avait raison de se mettre en colère et de dire à la maitresse que ce qu’on lui avait donné n’était pas bon puisque sa mère le disait depuis des années, puisque sa mère répétait qu’il n’y avait que ce qu’elle choisissait qui était bon. Elle l’en avait tellement persuadée qu’elle avait convaincu Marie de ne jamais acheter autre chose de toute sa future vie.

 

Marie était une petite fille très sage….chez elle et en classe. Marie se réfugiait toute seule dans le petit salon qui jouxtait la salle à manger, celui où trônait le piano, la petite pièce tenant lieu de chambre. La nuit venue, elle s’inventait des chimères, des histoires de monstres qui frayaient sous son lit. Elle faisait un pacte avec eux : elle ne pourrait sortir de son lit qu’en enjambant d’un bon mètre le rebord afin de ne pas éveiller leurs soupçons, ne pas les réveiller, ne pas leur laisser la possibilité de l’atteindre pour la dévorer. Ils étaient terribles, elle en était bien consciente mais c’étaient ses seuls confidents si terribles fussent-t-ils car à la maison, on ne parlait pas ou bien au risque certain d’un coup de semonce.

La salle à manger, personne n’y mettait jamais les pieds ; on n’avait pas le droit, sauf aux grandes occasions, comme une communion ou Noel. Une occasion où l’on offrirait à sa cousine la poupée reçue pour le Noel de l’usine….Pour elle, le cartable en sky qui avait attendu un trimestre pour être renouvelé.

 

Quelques années plus tard Marie pense qu’il doit bien y avoir un moyen d’affronter d’autres monstres, ceux de l’extérieur ceux qui la font rougir, ceux qui ne lui permettent pas de parler sans avoir honte, les yeux toujours baissés car, regarder quelqu’un dans les yeux ne se fait pas surtout s’il s’agit d’un garçon…c’est sa mère qui lui a dit. Elle pense que cela doit cesser et décide de s’imposer une journée terrible pour affronter ces monstres, une  journée entière pendant laquelle elle les regardera. Quoi de plus terrible que de regarder tous les garçons qu’elle rencontrera sur le parcours du lycée, droit dans les yeux, depuis loin jusqu’à la hauteur des épaules ! Cela devrait bien la guérir…toute une journée !

 

Quelques temps après que cette victoire fut assurée, Marie va s’imposer encore un nouveau défi. En effet, elle est toujours complètement paniquée à l’idée de parler dans un groupe. Difficile d’avoir quelque chose à dire quand on a comme copine d’école des filles d’avocat, de médecin, de riche commerçant ! En quoi suis-je intéressante se dit-t-elle ? Comment parler sans être la risée de tous ? C’est vrai qu’elle  a toujours très peur quand il s’agit de participer à une conversation car elle sait bien, elle sent bien qu’elle n’est en rien le point de mire et que d’autres occupent largement cette place de leader si convoitée dans un groupe.

 

Alors la solution s’impose dès la rentrée suivante. C’est décidé, dans chaque cours, elle lèvera le doigt pour un exposé ; elle sera bien obligée de le faire cet exposé ! Peu importe la tâche ! Choisir un sujet dans chaque cours, le travailler et le présenter. Du moment qu’elle s’est engagée, elle sera obligée d’en passer par là, et de prendre la parole en public !

 

Peu à peu, l’adolescence faisant son chemin Marie avait compris que pour sortir du carcan maternel elle ne devrait utiliser que ses propres ressources, sa propre volonté. Elle comprit que pour pouvoir être appréciée et avoir une chance d’être écoutée, elle devrait acquérir un maximum d’expériences dans un maximum de domaines. Par chance elle était curieuse de tout et aimait apprendre, du reste, l’école avait toujours été son refuge, l’endroit où elle ne subissait aucune remontrance, le seul endroit où une personne au moins, la maitresse, faisait attention à elle.



                                                                       Confié par Bettina


B.F.Cardamome

Partager cet article
Repost0

commentaires

Roni 01/07/2009 00:32

C'est magnifique... quelle texte, la profondeur, la force... splendide. Merci pour le partage.Bisous et douce nuit. 

CARDAMOME 03/07/2009 18:42


je l'ai trouvé prenant, c'est pour ça que j'ai voulu le publier bisous ma douce!


Pomm'rose 01/07/2009 00:30

Les mères........Bisous

CARDAMOME 03/07/2009 18:41


...et le pouvoir d'i,njonction


fata 30/06/2009 13:49

coucou Béa,une belle histoire sur l'importance de la confiance en soit....Bises et bonne journée !

CARDAMOME 03/07/2009 18:32


merci our ton passage sur ce texte bonne soirée! bises


  • : BLOG CARDAMOME
  • : Mes écrits,tranches de vie, cuisine,critique gastro,pâtisserie,peinture, musique, "coups de gueule"...avec humour souvent, cynisme aussi,mais surtout authenticité....résultats d'un vécu riche en expériences et, en fond alléchant, mes RECETTES de CUISINE
  • Contact

DIVERS INFO

 

Mon autre blog: Cardamust

 

      *

  

Cliquer sur le chat

pour sauver des animaux,

c'est gratuit

 

*

logo.png

*

 

 

fr.myTaste.be

 

Recherche

Texte Libre

PÂTISSERIE

cardamome sur ComBoost

Articles Récents

  • Délicieuse crème renversée au caramel
    Cette recette de crème renversée me vient du blog ”une petite faim”. Voilà un dessert qui va me permettre d’écouler quelques œufs! Quand je dis délicieuse... en fait, c’est zhomme qui l’apprécie car je déteste tout ce qui tremble...mais c’est la première...
  • Chouquettes facile rapide légères et succulentes
    Pour ces chouquettes, j'ai utilisé ma recette de pâte à choux si facile à rélaiser et j'ai fait le gâteau aux fruits rouges (10 gros choux) et ces 15 chouquettes Voir ma recette de pâte à choux pour les nuls Après avoir poché les 10 gros choux il me restait...
  • Gâteau aux fruits rouges avec pâte à choux, facile et peu sucré
    Ce gâteau est très léger et peu sucré. Chaque chou garni contient 2 gr de sucre. Et pour chaque chou c'est environ 5 gr de farine....Alors pourquoi s'en priver? Bien sur, les fruits rouges viennent de mon jardin et la chantilly est faite maison (soit,...
  • Madeleines pour les nuls, facile et rapide
    J’ai enfin réussi mes madeleines et sans avoir besoin de garder la pâte au frigo avant la cuisson. Cette recette vient de Audrey Braharier de l’Atelier des gâteaux Cette recette est facile et rapide à réaliser (compter environ 30 mn en tout). Les madeleines...
  • Oeufs Mimosa (mayo maison) d'ap. Jean Francois PIEGE
    Le fait d'avoir des poules implique d'être en capacité de manger souvent des oeufs ou d'avoir de gentils voisins ou proches. Aussi j'ai pensé à cette entrée classique pour en utiliser d'une façon agréable. A part la mayo, je n'ai rien changé! Je vous...
  • Brioche au chocolat
    Ceci est juste une idée pour changer de la brioche. Prendre votre recette habituelle de brioche et au moment de garnir, diviser en 12 petits pâtons. Etaler en rectangle (pas grave si le rectangle est un peu ovale) et le garnir de deux barrettes de chocolat,...
  • Cake marbré glaçage lacté aux amandes, allégé en sucre, d’après Cyril Lignac
    J'ai un peu allégé en sucre mais ce cake reste assez édulcoré à cause du glaçage donc, ne pas se resservir!!!! La texture est parfaite et le cake en lui même n'est pas trop sucré....pour les courageux, il suffit juste d'enlever le glaçage! Cette recette...
  • Brioche classique aux oeufs et au beurre et sa version individuelle garnie de pavot ou sésame
    J'avais envie de manger une bonne brioche au bon goût de beurre.... Rien de plus simple à condition de respecter le moment où on incorpore le beurre, les trois levées, et des oeufs pour tout liquide (juste un soupçon de lait pour la levure) Un conseil:...
  • Pain d'épices peu sucré et facile à faire, à l'orange ou au gingembre ou les deux
    Quand je dis "peu sucré" pour un pain d'épice c'est relatif...difficile de faire très peu sucré, ça reste du pain d'épices.... J'ai cependant diminué au maximum le sucre et à la dégustation, franchement, délicieux mais, je n'aurais pas pu faire moins....
  • Pizza oeufs au bacon
    Un classique pour les œufs mais une nouveauté pour moi car je n'avais jamais fait une pizza oeuf au bacon et croyez moi, c'est délicieux...surtout avec de bons œufs bien jaunes, de poules de jardin! Pour la pâte c'est ICI 3 càs de crème fraiche mélangée...

MERCI A MES LECTEURS

 

 
 

 

Ce blog a eu 10 ans en mai 19

(depuis mon 2ème articlele premier fut écrit en octobre 2005 puis, longue pause ...)

 2 526 638 visites au 16 août 2019 

et  3 462 048    pages visitées

mois record : 12/2012 (56 598 Pages vues)

 merci à tous et à toutes

 ...pour tous vos commentaires et vos visites:

 

 

•••
 
Quand  la page est ouverte clique sur le pinceau et laisse faire

•••
statistiques mondiales
STATISTIQUES MONDIALES EN TEMPS REEL
•••
   

ENVIRONNEMENT

1 million de clics

 

 

 

 

 

Abeille, sentinelle de l'environnement, signez la charte!

 

 

Pétition contre la barbarie animale en Chine

 

 

  

Cliquer sur le chat

pour sauver des animaux,

 

c'est gratuit

 

Très au sud de l'Aude au pied des pyrénnées