750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 07:35
J'ai désiré répondre à la demande de Mamadomi sur son blog; mais le sujet étant trop important je préfère le reprendre ici. Voilà quelle était sa question:

""Vous connaissez tous les TCA, anorexie, boulimie, hyperpagie, le mérycisme etc...
J'attends de vous vos réactions face à ces maladies mentales, votre jugement..
Connaissez-vous des personnes qui en ont souffert, la souffrance des familles face à l'impuissance, s'en sont-ils sortis?
Avec une amie on prépare une thèse sur ce sujet, on a tout sauf des points de vues différents face à ces comportements, de plus on parle toujours des ados mais rien sur les TCA qui touchent des adultes, donc je vous attends, merci."



(Ce qui va suivre est une ébauche d'un livre en préparation et en tant que tel doit rester ma propriété exclusive.Il s'agit d'un premier jet qui n'a encore subi aucune correction mais vu la soudaineté de la demande, je vous en livre quelques éléments en désordre)
Je ne répondrais que sur le thème du surpoids et de la boulimie.
La souffrance est avant tout dans ces cas-là, celle de la personne elle-même et touche directement à l'image de soi. D'une façon indirecte on constate une incidence sur les relations familiales, sociales et professionnelles.
Ce problème est quelques fois inter dépendant avec une autre addiction comme l'alcoolisme.
Cependant, san aller jusqu'au TCA gravissime, le Tca amenant au surpoids concerne un pourcentage de plus en plus élevé de la population. Nous sommes en deuxième position après les Etats Unis pour l'obésité, et chez nous, la Réunion est le premier avec 37% de femmes obèses.
J'écarterai le TCA associé aux constitutions génétiques (problème endocrinien ou familles d'obèses, obésité de la prime jeunesse).
Je ne parlerai que de l'obésité et la boulime acquise après ou proche de l'adolescence.

Le TCA peut amener dans des cas extrêmes, soit à l’anorexie, soit à l’obésité. La traduction de ce cigle est, vous l’avez surement compris, troubles du comportement alimentaire. C'est-à-dire un comportement anormal. Et qu’est ce qu’un comportement anormal en matière d’alimentation. C’est un comportement qui ne correspond pas à la physiologie de l’alimentation. Et c’est quoi, la physiologie de l’alimentation ? Tout démarre avec la dépense d’énergie (travail, sport, mouvement volontaire et involontaire donc énergie dépensée pour l’entretien même de la machine comme la respiration et d’une façon générale, la vie des organes). Celle-ci entraine irrémédiablement une l’apparition de la sensation de faim. Le cerveau envoie un message commandant de manger pour compenser les pertes d’énergie. Et c’est là, que tout commence à « foirer ». Si je néglige ce message schématiquement, le cerveau finit par en avoir « ras le bol » et de message en message non entendu, il se fatigue et finit par vous ne envoyer n’importe comment, n’importe quand, et enfin plus du tout, se disant que de toutes façons il ne sera pas entendu.

On voit donc des gens, à ce stade là, qui ne mangent pas, parce qu’ils ont mieux à faire (études tard le soir, activités ludiques, addictions de toutes sortes…). Ces gens vont manger de temps en temps parce qu’ils se souviennent de temps en temps que ça existe…la faim et manger passe au second plan par rapport à leur activité. Ajouter à ça que l’estomac se dilatant un peu à chaque passage de nourriture va les mettre mal à l’aise, « barbouillé » et ils vont saturer très vite.

Cela intervient souvent déjà sur des constitutions « minces » qui donc n’auront jamais tendance à prendre du poids. Rien n’y fera, aucun gavage ne les fera jamais grossir. En effet, nous avons tous un poids programmé, comme nous avons une taille programmée. Si je fais 1m63, j’aurais beau me hisser tous les jours et faire des exercices dans ce but là, je ne prendrai aucun centimètre supplémentaire. Ce poids programmé est ce que les psy appellent le « set point », c’est dire le poids qui sera le poids de référence toute notre vie et vers lequel notre cerveau nous ramènera toujours en « nous réclamant » ou nous demandant de « cesser d’ingurgiter ». Et j’arrive là à la sensation de satiété. Comme tout à l’heure pour la sensation de faim, si je ne respecte pas cette sensation de satiété, le cerveau va progressivement démissionner et ne plus nous envoyer de message « stop ». Alors je vais engouffrer, me gaver, aspirer, déclarant que je ne connais pas la sensation de satiété. Et moi, je dis, « je n’ai plus d’ami si je les ai tous rejeté un à un » ! Le surpoids, puis l’obésité s’installent après quelques années de TCA c'est-à-dire, non respect de ces messages de faim et satiété. Mon comportement alimentaire est anarchique et shunte le cerveau.

Enfin, pour ceux qui pensent comme je l’ai pensé longtemps, que je n’ai pas de message satiété, si vous mangez alors que vous n’avez pas attendu le message faim, vous ne rencontrerez pas le message satiété car vous êtes déjà dans la zone satiété.

Pour ceux qui me disent « j’ai toujours faim » je réponds, que vous ne savez même pas ce que c’est que d’avoir faim et je vous proposerai un ou deux petits exercices pour vous faire retrouver cette merveilleuse sensation de faim, celle qui, quand vous mangerez, vous donnera de l’appétit et vous fera aimer ce que vous manger même si c’est quelque chose de banal (je n’ai pas dit, médiocre, mais banal).

Quelles sont les raisons qui font que j’ai adopté ce comportement irresponsable ?

Au départ, des raisons, psychologiques, sociales ou professionnelles.

- Psychologiques : je mange pour être moins triste, pour me réconforter, pour oublier, parce que je déprime, parce que je suis content, parce que je ne m’aime pas, parce que les autres ne m’aiment pas, par ce que la norme est d’être mince, maigre (mode !) etc…

- Sociales : je mange parce c’est la fête, parce que c’est bon, parce que c’est Noel et que ce jour là, il faut manger de tout et beaucoup, parce que c’est l’heure, parce qu’il fait froid et que je dois prendre des forces, parce « qu’on » m’a dit qu’il faut que je mange, parce que je ne dois pas partir le ventre creux,  parce que je n’ai pas encore mangé dans mon repas tout ce « qu’on » m’a dit qu’il fallait que je mange pour respecter un repas équilibré, parce que dans ce pays, on se doit d’être gros (mode !)….

- Professionnelles : je mange parce que c’est mon boulot (restaurateur, obligations de repas d’affaires), repas sur le lieu du travail en un minimum de temps…

Le problème c’est que toutes les bonnes raisons mises en avant pour manger vont toutes tomber à l’eau les unes après les autres et avec, amener tout le cortège d’inconvénients.

Je mange parce qu’on ne m’aime pas, et je ne me plais pasè je vais me plaire encore moins et donc imaginer qu’on m’aimera encore moins.

La satisfaction première avec la prise alimentaire hors sensation de faim, et négligeant le feu « stop », cette satisfaction va rapidement faire place à une dépression secondaire lié au dégoût physiologique puis au dégout moral et on va rentrer dans le cercle vicieux.

Le cerveau ayant été bafoué pendant de longues années ne va plus du tout envoyer de message et il faudra compter soit, sur une restriction cognitive (celle qu’on va me dicter) soit sur une rééducation du comportement alimentaire par l’écoute de ses sensations (faim et satiété).

On sait aujourd’hui que la restriction cognitive ne peut mener qu’à rentrer toujours plus dans le cercle infernal de la frustration elle-même amenant un jour ou l’autre à « craquer » ; c’est ce qu’on appelle la désinhibition et donc culpabilisation. Tous ces régimes dont on est plus ou moins content, et quelquefois ravis (de nombreuses personnes ne jurent que par tel ou tel régime efficace….la preuve, ils le font avec succès depuis plusieurs années !!!), ne font qu’accroitre le TCA et la frustration et les yoyos.

Le cerveau a la capacité de nous indiquer, comme un comptable le fait, ce qu’il faut que nous mangions et quand, et de nous dire quand nous arrêter. Il a également la capacité de se rattraper (positivement ou négativement) e cas de dérapage occasionnel. Mais laissez l’occasionnel perdurer et ce même cerveau va se mettre au repos.

 

Pour calmer les pulsions psychologiques, pour travailler dessus, pour travailler sur son image de soi, il est préférable de s’entourer de professionnel (psychologue ou thérapeute).

Il est nécessaire de prendre conscience avec eux que la mode, ni les médias peuvent nous dicter notre conduite alimentaire. Que les manequins sont rarement ce qu’ils sont sur les affiches et que les personnes en surpoids soufrèrent avant tout de ségrégation et doivent se  battre contre la dictature des régimes et des modes. La plupart du temps, cela passe par un travail que l’acceptation de soi (dans les cas de surpoids léger et même de poids normal avec image de soi dénaturée par des dictats médiatiques).

 

Un grave problème est celui de la mal bouffe. En effet à force de manger mal, c'est-à-dire, de se contenter de médiocrité, notre cerveau qui réclamait de la qualité, n’étant plus entendu, va cesser son travail de messager. Ors, il faut savoir, qu’il enverra d’autant plus et mieux ces fameux messages qu’il sera satisfait en qualité. Je m’explique, double ration de purée mousseline contre une simple ration de bonne purée maison, savourée et appréciée en mangeant lentement.

Comparer à notre comptable : tout entrepreneur sait bien que son comptable va râler s’il lui amène les factures le dernier jour avant la déclaration. Celui-ci ne pourra lui rendre une analyse fine. Il va lui faire une comptabilité au plus pressé parfois bourrée d’erreur, qu’il faudra rattraper en fin d’année au risque de déposer le bilan. Alors que si les factures lui sont amenées régulièrement, lentement, chaque mois, et prédigérée (entendez, classées et répertoriées), le comptable pourra vous dire « stop » au frais excessifs, « va r récupérer, là » « va investir ici ».

En langage clair, votre cerveau, tel un comptable, va vous diriger sur le produit, le légume, le fruit qu’il cous faut parce qu’il a analysé ce que vous ; lui avez envoyé et sait ce qu’il lui manque en qualité et en quantité. Il n’a pas besoin qu’on lui fasse de la pub pour un produit il sait ce dont il a besoin. Ce travail, il va le faire pour vous, si tant est que vous le respectiez et que vous lui envoyiez la nourriture lentement et en la savourant, et que vous lui envoyiez ce qu’il vous a demandé (la qualité  du produit d’origine, sinon rien).

 

Pour résumer, le TCA c’est aussi quand je mange pour finir mon assiette mais que je n’ai plus faim, seulement par ce que je n’aime pas jeter, je veux faire plaisir à maman, à la personne qui me reçoit. Le Tca c’est ausi quand je mange sans faim mais parce c’est bon et que c’est pas souvent dans l’année que j’ai un si bon cassoulet. Le TCA c’est quand je mange en 10 minutes ce que j’aurais du manger en ½ heure ou 1 heure.

Si j’ai dépensé 10 je dois manger 10. Si je mange 12 et que je répète ça tous les jours, je vais prendre 10 kg en 10 ans.

Si j’ai dépensé 10 et que je mange 12, demain mon cerveau m’enverra le massage satiété plus tôt ou le message faim plus tard, en tous cas, au total, je n’absorberais que 8 et ne pas m’en étonner.

Et si je n’ai pas faim, alors pourquoi démarrer la journée par un solide petit déjeuner ? ah oui…parce qu’on vous dit qu’il ne faut pas partir le ventre vide !... cela revient à manger quand je n’ai pas faim pour éviter de manger quand j’aurai faim. Mon cerveau, lui, va y perdre son latin et progressivement m’amener à un TCA.

 

Le cas de l’anorexie mentale est plus délicat et se rapproche de la psychiatrie et il est impératif de consulter et faire consulter. Encore retrouve –ton souvent à l’origine une éducation alimentaire du genre « mange ! Finis ton assiette ! Regarde ton frère lui, comme il est grand et beau !... » Je pense avec grande conviction que l’initiation à manger ou refuser la nourriture peut se faire d’une façon sournoise, pendant la prime jeunesse, à l’occasion d’un impact positif ou négatif mal géré…un peu comme une primo infection qui va déclencher un processus de protection et à un nouveau contact avec l’impact, le corps va se défendre soit par le refus, soit par le gavage.

 

Je me comporte mal quand je n’ai pas un comportement adapté quand mon comportement n’est pas « adulte » et ce, d’une façon réitérative, et que je ne peux m’abstenir d’avoir cette attitude.= trouble du comportement alimentaire.

La rééducation passe par une prise de conscience (il y a d’abord souvent, une phase de déni ou l’on pense qu’on mange correctement mais en fait on n’a pas encore accepté que notre comportement est fait de n’importe quoi) et une réelle demande de changer. Si cette demande est non fondée, la personne peut être amenée à consulter un psychologue. (le nutritionniste comportementaliste évalue l’IMC et fait un bilan nutritionnel qui visera à authentifier ou non une demande). Il est fréquent que je voie arriver quelqu’un qui veut maigrir et qui a pourtant un IMC tout à fait normal. Que se cache t-il derrière ça ?

Puis la récupération des sensations alimentaires va passer par un « cure » visant à retrouver les sensations de faim et de satiété (entre une des trois semaines) et aussi à démonter tous les schémas induits par la restriction cognitive.

 

On travaillera ensuite sur les différentes addictions alimentaires pour « casser » le cercle vicieux frustration/ desinhibition/culpabilisation.

 

Quelques fois un travail supplémentaire sur l’image de soi et l’acceptation de l’image sera nécessaire.

 

La perte de poids se fait naturellement, sans autre effort que de ressentir et d’apprécier pleinement ce que l’on mange et d’être à l’écoute de ces fameux messages.

Très vite, dès qu’on fait un écart (c’est tout à fit possible) on est « mal » et on n’a pas envie de refaire l’erreur. Généralement, un repas d’écart va entraine tout naturellement un repas d’abstinence ou tout au moins de très faible consommation parce que sans signal « faim » pas d’appétit. Si on persiste dans cette erreur, on repart sur le chemin de la rechute.


Quand je vois la façon dont la plupart des gens mangent, je me dis que ce trouble est infiniment plus répandu qu'on ne croit mais l'aspect social en masque les risques de conséquence perverses.


B.F.Cardamome

Partager cet article

Repost0

commentaires

Julie 02/02/2009 11:32

je m'escuse, je viens de me rendre compte que vous êtes en train d'écrire un livre, donc j'aurai la réponse à ma question dés qu'il sera publié...Serait-il possible de me prévenir lors de sa sortie ? Merci.

CARDAMOME 02/02/2009 17:23


j'en suis encore loin...ça avnce tout doux!


Julie 01/02/2009 19:27

J'espère devenir d'ici un an (environ), thérapeute spécialisée dans les troubles du comportement alimentaire et je tiens à vous féliciter pour votre article (réponse à Mamadomi) que je trouve fort bien intéressant.Juste une petite question (pour mon savoir personnel), pouvez-vous me dire quels sont vos exercices pour retrouver la sensation de faim ? Merci d'avance et encore bravo !

CARDAMOME 02/02/2009 18:23


si c'était à refaire c'est vers ça que je me dirigerai comme études!

exercice simple...avoir faim le cerveau envoie le signal, se réveille et comprends que je suis de nouveau pr^et à l'écouter...pour peu que je ne me comporte pas comme un aspirateur, il va peu à peu
m'envoyer le signal suivant, la satiété


Roni 10/11/2008 22:27

Je te comprend... je suis aussi très attachée à certaine personne des blogs... allez savoir pourquoi ? Moi qui aime toucher les personnes que j'aime.... (une main, une épaule, un vrai bisous.... )

CARDAMOME 11/11/2008 00:35


peut être que derrière un blog, on ne fait pas attention à autre chose que ce qu'il ya à l'intarieur


Roni 09/11/2008 15:42

Je suis dans le même cas que toi... et pourtant je suis une femme gâtée par mon époux et mes garçons.... Merci la vie pour ce cadeau !Bisous et encore bon anniversaire. 

CARDAMOME 10/11/2008 20:15


moi aussi, gâtée par mon p'tit homme mais quanf même l'maitié dans les forum c'est super


Roni 08/11/2008 23:08

MERCI ! Toi aussi, heureuse que tu sois là  

CARDAMOME 09/11/2008 14:42


ça me prend bcp, le blog et ça devient même par moments , addcitifs, du coup je ne fais plus rien mais qu'est ce que c'est remontant pour le moral quand on sait que derrière ya un si grand soutien!


Roni 08/11/2008 22:40

Je suis dans l'incapacité de t'aider... désolée..

CARDAMOME 08/11/2008 23:04


roni, tu es là c'est ça qui compte!


Annie 08/11/2008 08:02

Bonjour!Je ne blogue plus en ce moment, mais aujourd'hui je pense particulièrement à toi car j'ai noté depuis longtemps la date sur le côté qui est la même que celle d'un proche!BON ANNIVERSAIRE!

CARDAMOME 08/11/2008 23:09


c'est trop gentil ça m'apporte rellement beaucoup de joie...suis très touchée


mamalilou 07/11/2008 15:18

ah ça c'est de la réponse bien carrée!!!hop je file mettre le lien et republier l'article réactualisé...yesss!merci pour ce précis détaillé, j'adore ça...et quand on n'a jamais assez de sucre dans le sang...on fait comment pour pas avoir envie de grignotter?!!! lolnan, je sais pour moi c'est plus compliqué, mais j'avoue que j'ai trouvé un équilibre miraculeux...tout est toujours possible...en tâtonnant, on apprend à se comprendre, faut écouter son corps tu as bien raison, on a tous les messages...et quand on a une petite "envie" et non une "nécessité"...l'eau ça cale! c'est pas vrai?bisou goulu!!!!

CARDAMOME 07/11/2008 21:27


oui, quand la faim n'est guidée que par l'envie, l'eau suffit à la calmer


  • : BLOG CARDAMOME
  • : Mes écrits,tranches de vie, cuisine,critique gastro,pâtisserie,peinture, musique, "coups de gueule"...avec humour souvent, cynisme aussi,mais surtout authenticité....résultats d'un vécu riche en expériences et, en fond alléchant, mes RECETTES de CUISINE
  • Contact

DIVERS INFO

 

Mon autre blog: Cardamust

 

      *

  

Cliquer sur le chat

pour sauver des animaux,

c'est gratuit

 

*

logo.png

*

 

 

fr.myTaste.be

 

Recherche

Texte Libre

PÂTISSERIE

cardamome sur ComBoost

Articles Récents

  • Riz frit aux légumes à l’indienne (recette mauricienne)
    Une amie mauricienne m'a communiqué cette recette issu d'une page FB d'une mauricienne ( Nafisa Mohit Juhoor ) . Je n'avais pas de petits pois, je les ai remplacés par des pois chiches. C'est un plat complet très goûteux et économique (avec les blancs...
  • Aubergine gratinée à la tomate (facile et rapide)
    Ce plat d'aubergines gratinées est super bon, les tranches d' aubergines sont très fondantes et c'est un vrai plaisir. Il est très facile et rapide à réaliser. avec la saison de la tomate, c'est le moment d'en profiter! Couper les aubergines en tranches...
  • Petits crumbles aux pêches et raisins sec
    J’ai fait ces petits crumbles deux fois, coup sur coup. La deuxième fois, je me suis autorisé un soupçon de rhum dans les fruits. ...Dessert idéal quand on a un trop plein de fruits murs, peu de temps et pas envie de se prendre la tête! La pâte à crumble...
  • "Délicieux" coco/amande/pomme
    Ce moelleux va vous faire fondre de plaisir ! Je n'avais pas publié de douceur depuis longtemps. Celui-ci est peu sucré, comme tous mes gâteaux que je revisite à la baisse depuis quelques temps. Ingrédients 2 œufs de mes poules! 100 g de sucre poudre...
  • Galettes végétales au quinoa et au chénopode (épinards)
    Je cherchais comment accommoder d'une façon originale ces épinards sauvages qui poussent tous seuls dans mon jardin, le chénopode (on trouve de nombreuses appellations dont "le chou gras") et, j'ai trouvé sur le blog " Popote et Nature " dont je me suis...
  • Petit chili con carne délicieux et fait en 15 mn
    J'avais une boîte de haricots rouges et un steak haché habituellement destiné à préparer une "bolo" à l homme...mais j'adore les haricots rouges alors....Chili con carne!!! Très rapidement improvisé avec ce que j'avais sous la main.... Pendant qu'on dressait...
  • Ravioles aux champignons des bois, sauce crémeuse aux chanterelles
    La garniture de ces ravioles est la même que celle utilisée pour les lasagnes (clic) et dont j'avais gardé une partie au congélateur. J'ai prévu ce plat en entrée mais on peut tout aussi bien en faire un plat principal en augmentant le nombre de ravioles...
  • Une prep. de base pour deux plats: Lasagne aux champignons...
    Je me fais rare depuis que la saison du jardin a commencé! Aussi, profitant d'un rafraîchissement de l'air et d'un moment d'accalmie dans mes activités, je me décide à publier mon plat de ce jour. Avec une seule préparation de base, j 'ai fait en fait,...
  • Recup. palette et prolongation d une marche extérieure, tuto
    J'ecris peu ces temps ci...pas que je n'aie pas de sujet...j'ai plein de photos gardées pour illustrer ceux ci mais avec le jardinage, les chats, les poules, le saxo j'ai paradoxalement peu de temps de reste (bien qu'étant retraitée depuis 2018). J'ai...
  • Mousse au chocolat d'ap. Joel Robuchon
    La recette vient du livre " Tout Robuchon".et de ce blog. J'ai fait cette mousse chez ma cousine et j'ai eu du mal avec sa crème qui ne voulait pas foisonner (il est temps qu'elle change son frigo!). Cependant le résultat a été à la hauteur ! MAJ le 08/06/20...

MERCI A MES LECTEURS

 

 

Ce blog a eu 10 ans en mai 19

(depuis mon 2ème articlele premier fut écrit en octobre 2005 puis, longue pause ...)

 2 526 638 visites au 16 août 2019 

et  3 462 048    pages visitées

mois record : 12/2012 (56 598 Pages vues)

 merci à tous et à toutes

 ...pour tous vos commentaires et vos visites:

 

 

•••
 
Quand  la page est ouverte clique sur le pinceau et laisse faire

•••
statistiques mondiales
STATISTIQUES MONDIALES EN TEMPS REEL
•••
   

 

 

ENVIRONNEMENT

1 million de clics

 

 

 

 

 

Abeille, sentinelle de l'environnement, signez la charte!

 

 

Pétition contre la barbarie animale en Chine

 

 

  

Cliquer sur le chat

pour sauver des animaux,

 

c'est gratuit

 

Très au sud de l'Aude au pied des pyrénnées